Facebook
  • Acceuil
  • News
  • Huawei sollicite les développeurs du Play Store pour remplir son magasin d'applications
Huawei sollicite les développeurs du Play Store pour remplir son magasin d'applications

Huawei sollicite les développeurs du Play Store pour remplir son magasin d'applications

Depuis les sanctions américaines contre Huawei, le groupe chinois n’aura plus le droit d’utiliser le Google Play Store, entre autres services et technologies américaines, dans ses futurs smartphones, à partir du 19 août 2019. Pour pallier ce problème, Huawei fait appel aux développeurs pour qu’ils proposent leurs applications sur sa propre boutique.

Huawei a envoyé de nombreux mails à des développeurs d’applications pour les inciter à rejoindre AppGallery :

« Dans les deux dernières années, Huawei a vendu plus de 350 millions de smartphones, dont la moitié environ dans les marchés occidentaux. Tous les smartphones Huawei proposent notre boutique officielle AppGallery préinstallée partout dans le monde, avec 270 millions d’utilisateurs actifs.

Nous avons constaté que votre formidable application Android XXX n’était pas encore disponible sur AppGallery. Dans le but de garantir un usage simple de votre application pour nos utilisateurs, Huawei s’engage à vous fournir un soutien complet pour vous aider à publier votre application dans AppGallery.

Nous souhaiterions donc vous inviter à rejoindre notre communauté de 560 000 développeurs gratuitement, au sein de notre portail Huawei Developer. »

Une technique qui rappellera aux plus technophiles la tentative d’appel aux développeurs de Microsoft pour ses Windows phone. La différence réside surtout dans la popularité des deux fabricants : Huawei étant le deuxième fabricant mondial, il bénéficie d’une visibilité grande et l’opération n’a aucun coût et ne requière qu’un effort minimum pour le développeur. Il reste à voir si cet appel du pied rencontrera son public et si les développeurs suivront.

Rappelons que, dans l'état actuel des choses, Huawei risque d'être privé de la participation des éditeurs américains. Il risque d'être compliqué de vendre un Mate 30 ou un P40 sans Instagram, WhatsApp ou Snapchat. Bref, la marque chinoise se prépare au pire mais espère tout de même une résolution du conflit.

COMMENTS