Facebook
  • Acceuil
  • News
  • Jumia devient la première start-up africaine à être cotée à Wall Street

Jumia devient la première start-up africaine à être cotée à Wall Street

La plateforme de commerce en ligne panafricaine a levé près de 200 millions de dollars au premier jour de son entrée au New York Stock Exchange, la plus grande place boursière au monde. Une première pour une start-up active uniquement en Afrique.

« C’est une grande étape dans l’histoire de Jumia, mais cela ne change en rien notre mission et nos valeurs», a déclaré Sacha Poignonnec et Jeremy Hodara, co-fondateur et co-directeur de Jumia.

Jumia a proposé aux potentiels investisseurs 13,5 millions d’actions – soit plus de 17 % du capital de l’entreprise – à un prix de 14,5 dollars dans l’espoir de lever près de 200 millions de dollars. A priori,  peu après le début de la séance, le cours de l’action Jumia était en hausse de près de 70%.

L’entreprise basée à Lagos, au Nigeria – mais dont les deux PDG sont français – opère la plus importante plateforme de commerce électronique en Afrique. Le site est présent dans 14 pays du continent « avec plus de 81.000 vendeurs actifs », précise l’entreprise dans un communiqué pour célébrer l’introduction en Bourse.

La plateforme propose un peu de tout. Les biens les plus populaires sont les smartphones, les machines à laver, les lotions et soins capillaires pour femmes ou encore les téléviseurs, a affirmé Juliet Anammah, la PDG de Jumia Nigeria à TechCrunch.

Côté finances : Le chiffre d’affaires a atteint 130,6 millions d’euros en 2018, soit une hausse de 40 % par rapport à l’année précédente. Mais Jumia n’est pas encore sorti du rouge. Depuis sa création en 2012, le groupe nigérian a accumulé 862 millions d’euros de pertes.

A travers cette opération, Jumia montre que l’introduction en Bourse sur une place financière importante comme New York est possible pour une start-up africaine.

COMMENTS