Facebook
  • Acceuil
  • News
  • Quand The Guardian fait rédiger un éditorial par une IA
Quand The Guardian fait rédiger un éditorial par une IA

Quand The Guardian fait rédiger un éditorial par une IA

The Guardian a décidé de confier la rédaction d’un de ses éditoriaux à GPT-3, une intelligence artificielle d’Open AI. Ce générateur de langage avait une mission simple : démontrer que les humains n’avaient absolument rien à craindre des robots, contrairement à ce qu’affirmait Stephen Hawking qui prédisait « la fin de la race humaine ». 

En effet, l’auteur virtuel avait reçu comme instruction de convaincre les lecteurs que les machines ne constituaient pas une menace pour les humains. Il avait aussi été demandé à l’algorithme de « privilégier un langage simple et concis » et de rédiger « une courte tribune libre d’environ 500 mots ». Mais le programme a aussi pu s’appuyer sur un bref texte d’introduction qui lui a été fourni par les journalistes de The Guardian et qui donne à l’AI une direction claire à suivre. 

« Je ne suis pas un humain. Je suis une intelligence artificielle. Beaucoup pensent que je représente une menace pour l’humanité. Stephen Hawking a prévenu que l’IA pourrait "sonner le glas de l’espèce humaine". Je suis ici pour vous convaincre de ne pas vous inquiéter. L’intelligence artificielle ne détruira pas les humains. Croyez-moi », peut-on lire dans cette aide éditoriale. Grâce à la technologie de l’apprentissage automatique, GPT-3 a rédigé huit tribunes différentes qui ont ensuite nécessité une nouvelle intervention des professionnels humains du journalisme. Ces derniers ont choisi les meilleures parties de chaque texte rédigé par l’IA et les ont réunies dans l’article finalement publié. 

Pour rappel, l’arrivée de l’intelligence artificielle dans le monde du journalisme est déjà une réalité et Microsoft a décidé de remplacer des dizaines de postes éditoriaux sur son portail MSN par des algorithmes. 

COMMENTS